13 février 2019

Au 11 rue Raspail, on est en chantier !

C’est au moment où partout en France monte une colère nourrie d’injustices et d’humiliations et que se projette un débat national sur notre société que la maison du 11 rue Raspail à Ivry se met en chantier… Ne peut-on pas y voir le signe que ce qu’ont vécu dans cette maison, Madeleine et ses équipières, est totalement d’actualité ? Et même qu’elles veulent à nouveau prendre part à la construction d’un monde plus juste et plus humain en nous donnant les clefs de leur savoir-faire, savoir-être, savoir-vivre ? Cette maison dans le centre-ville d’Ivry, à la façade si ordinaire et joliment équilibrée, pourrait-elle nous proposer de réapprendre à nous regarder, nous écouter et nous entendre à la façon de Madeleine ? C’est ce que propose l’équipe qui s’est mise au travail depuis deux ans avec des architectes-scénographes, des Amis de Madeleine, des représentants du diocèse de Créteil, du secteur pastoral, de la Mission de France et de la ville d’Ivry-sur-Seine… Car cette équipe ne prépare pas une maison-musée où seraient présentée sous vitrine la vie et la pensée de Madeleine et de ses co-équipières au siècle dernier… Non ! Elle prépare (avec tous ceux qui le veulent et peuvent s’y associer encore) un cheminement… dans la maison, le jardin et jusqu’à l’ancien atelier reconstruit… cheminement de découverte et de résonance personnelle de la figure de sainteté de Madeleine et de Christine, Guitemie, Suzanne, Francette… Entrons à nouveau sous le porche du 11 rue Raspail… Là, nous sommes plongés dans l’atmosphère d’Ivry des années 1930 à 1960, des bruits d’usine résonnent, et un large mur d’affiches présente la ville aux … cheminées, ville ouvrière, ville rouge où sont venus trouver du travail de nombreux provinciaux… Combien de combats pour la dignité se sont vécus ici dans ces années-là ? Comment Madeleine, assistante sociale venue volontairement habiter parmi le monde ouvrier, et ses équipières ont-elles partagé la condition de ces hommes et de ces femmes déracinés et vivant dans la misère ? C’est dans cette histoire et dans le contexte de cet engagement singulier que le rez-de-chaussée de la maison invitera à entrer… Le visiteur ou le pèlerin pourra y regarder les quelques objets, cartes ou livres ayant appartenu à Madeleine ainsi que la modeste pièce où tant de gestes d’humanité ont été vécus, tant d’attentions portées aux visiteurs, tant de textes d’Evangile médités et partagés… Au centre, la table, élément central de la maison, sur laquelle Madeleine faisait figurer les cartes des pays où se trouvaient des amis, des communautés avec qui elle était en lien et les lieux où elle espérait que Dieu soit un jour connu… C’est sur cette table qu’ont été rédigées beaucoup de lettres et de textes, et partagés beaucoup de repas amicaux… La pièce voisine qui servait de salle à manger communautaire sera réaménagée pour l’accès des visiteurs, éventuellement à mobilité réduite. Au centre, sera placée une copie de la table, actualisée avec les lieux d’évangélisation ou de luttes pour la dignité et la liberté aujourd’hui… Car découvrir Madeleine c’est mieux apprendre à écouter les cris d’aujourd’hui, tout près de nous et au bout du monde… Je la sentais d’ailleurs présente avant-hier, Madeleine, quand, lors de ses vœux aux ivryens, dans la Halle « Venice Gosnat », monsieur Philippe Bouyssou, l’actuel maire de la ville d’Ivry-sur-Seine, a souligné, avec virulence, le développement des inégalités et les espoirs trahis qui provoquent la rupture dans notre société française. Lorsqu’il a rappelé que l’accueil des diversités pouvait faire la richesse d’un pays comme celle d’une ville, et qu’il a encouragé ses concitoyens à croire que la justice sociale est possible à mettre en œuvre, j’imaginais son prédécesseur et Madeleine y reconnaître leurs propres combats, menés avec complicité et respect de leurs différences … Ce sont leurs échanges scripturaires, ainsi que les lettres de Madeleine avec l’abbé Lorenzo, avec les évêques de Paris, avec ses équipières éloignées, … qui seront évoquées par des extraits de textes consultables dans la bibliothèque installée dans la seconde pièce de la maison où il sera également possible aux groupes de s’asseoir pour partager un texte d’Evangile ou un texte de Madeleine… Et « ça sentira bon le café » comme dans une maison où on aime accueillir ses visiteurs comme des amis. …Et… Brigitte et Jean-François ? ou Danièle ? ou Florence ?* Nous ne le savons pas encore… qui habiteront dans les étages de cette maison, la feront vivre dans l’esprit de Madeleine et de ses équipes, proposant des temps de débat sur les sujets de société, des cafés-accueil, des partages d’Evangile, ou tout autre temps de rencontres à inventer… Ses habitants piloteront une équipe d’ « accueillants » capables de les aider à créer du lien entre tous, en particulier entre les habitants d’Ivry, croyants et incroyants, de religions différentes, de sensibilités différentes, d’origines différentes, … en lien avec l’association des Amis, la ville d’Ivry et la communauté chrétienne d’Ivry… D’autre part, des personnes « guides » connaissant très bien Madeleine, pourront accompagner les groupes de pèlerins et visiteurs depuis l’entrée et sur tout le parcours proposé comme déjà le font plusieurs membres de l’Association des Amis de Madeleine Delbrêl dans la maison. Car la découverte de Madeleine « poète, assistante sociale et mystique, femme d’Evangile, femme de prière et d’action » se prolongera grâce aux six kiosques disposés le long du chemin dans le jardin. A chaque kiosque, une photo et un texte de Madeleine, dont on entendra la voix grâce aux enregistrements retrouvés, permettront de faire une halte méditative en découvrant un nouvel aspect de cette femme engagée là pour l’Evangile. Dans le jardin, les visiteurs pourront aussi croiser un groupe d’écoliers d’Ivry venus jardiner avec leur enseignante leur « carré de jardin » … Un moyen de partager entre générations et de gratter la terre dans cette parcelle de verdure tout à fait étonnante au centre-ville d’Ivry et parfaite pour un temps de ressourcement ! La journée de découverte des pèlerins et des visiteurs se prolongera dans l’ « Atelier », au fond du jardin, où il pourront, par exemple, regarder un film présentant Madeleine ou déjeuner ensemble ou participer à un débat, etc… selon l’imagination créative des habitants, des guides et de Madeleine qui les inspirera, c’est certain ! Alors, à bientôt ! Encouragez-nous en suivant l’avancement des travaux sur la page internet dédiée, en lien avec le site des Amis, du secteur pastoral, du diocèse et certainement de la ville… Vous voyez, par tous les moyens contemporains, Madeleine nous invite à venir la rencontrer dans cette maison où chacun pourra être accueilli, écouté et entendu comme il est … et sera peut-être même… ébloui par Dieu ! Marie-Pierre ETIENNEY, chargée de projet, ADC. Le 11 janvier 2019 *Des prénoms volontairement choisis au hasard + Encart avec « la parole créatrice », texte-clef du projet écrit par l’équipe de travail

Article précédent